28 janvier 2010

Petite bibliothèque arthurienne


Je vous présente, extraits pour l'occasion de ma bibliothèque personnelle, quelques ouvrages sur la légende du roi Arthur. C'est en écrivant cet article que je me suis rendu compte que tous ces ouvrages m'avaient été offerts lors de l'une ou l'autre fête (anniversaire, Noël, ...). Je profite de l'occasion pour remercier celles et ceux qui ont si généreusement contribué à augmenter ma bibliothèque arthurienne. Dieu sait que notre triste époque, tournée vers un individualisme forcené doublé d'un matérialisme économique sans foi ni loi, a bien besoin de symboles susceptibles de nous inspirer, nous et tous nos contemporains, à plus de grandeur d'âme, d'abnégation, de générosité et de courage. Chaque jour nous apporte l'occasion de nous comporter de manière chevaleresque, point besoin n'est de porter une épée pour cela, ni d'arborer une croix sur ses vêtements. A l'origine d'ailleurs, Arthur n'était pas chrétien, il était celte, donc païen aux yeux de l'Eglise. La christiannisation du mythe est postérieure à sa création. Alors qu'ils aillent se faire pendre ailleurs, ceux qui voudraient faire de la figure du roi Arthur un objet politico-religieux comme d'autres l'on fait avec la malheureuse Jeanne d'Arc. Pour ma part, si je ne devais retenir qu'une seule chose de ce roi légendaire, ce serait l'image d'un enfant retirant d'une pierre l'épée susceptible de faire de lui,sans qu'il le sache, le plus puissant de tous les hommes, épée qu'il s'empresse ensuite d'apporter à son (demi) frère Kei pour lui permettre d'entrer en lice pour la joute. Vous me direz: "s'il avait connu le pouvoir de l'épée, ne se serait-il pas abstenu de la remettre à son frère?" Qui peut le dire? Mais ce que je retiens de ce passage de la légende c'est qu'Arthur ne se souciait pas de connaître la gloire que confère le pouvoir; il se tenait dans l'ignorance de ce sentiment, ne se souciant que du bien de ceux qui comptaient à ses yeux. Voilà, pour moi, ce que symbolise le roi Arthur.



grand_livre_roi_arthur_GLOT

Si vous ne deviez retenir qu'un seul nom d'auteur concernant la légende arthurienne, les fées et les mythes des pays celtes, retenez celui de Claudine Glot. Véritable spécialiste de la matière arthurienne, Claudine Glot est co-présidente du Centre de l'Imaginaire Arthurien (château de Comper-en-Brocéliande) et elle a écrit ou co-écrit un nombre impressionant de livres, tous aussi intéressants les uns que les autres. Le roi Arthur et les chevaliers de la Table ronde mais aussi tous les personnages de la légende, les fées Morgane et Viviane, l'enchanteur Merlin, ... sont présentés à travers des oeuvres d'art et de magnifiques illustrations modernes et anciennes. Un très beau livre, paru en 2003 aux éditions Ouest-France (éditeur de référence pour tout ce qui concerne le monde celtique) et qui est idéal pour s'initier aux labyrinthiques tours et détours de l'imaginaire arthurien.


les chevaliers de la table ronde_grund T1

les chevaliers de la table ronde_grund T2

Voici deux livres magnifiques parus chez Gründ en 2006 et réunis dans un étui cartonné de toute beauté. Le texte de Jacques Boulanger, paru précédemment aux éditions Terres de Brume (autre éditeur de référence pour la littérature des pays celtes) est magnifiquement rehaussé par les dessins d'inspiration celtique de Didier Graffet, illustrateur de talent qui a notamment collaboré avec Ebouard Brasey (un autre de mes auteurs favoris) pour L'Encyclopédie des héros du merveilleux (Le Pré aux Clercs, 2009) et, avec Eve Lagarde, pour Pirates et flibustiers du bout du monde (Ed. Hors Collection, 2007; déjà chroniqué sur ce blog).


cycle du graal_markale_T1

cycle du graal_markale_T2


Chez Pygmalion, sont parus (en 2000) les deux tomes du Cycle du Graal de Jean Markale, écrivain prolifique dans le domaine de la culture celtique, et récemment décédé malheureusement. Bien que l'ensemble de son oeuvre soit regardée d'un oeil critique par les celtophiles de renom (à l'instar de Christian-J. Guyonvarc'h), Markale demeure pour moi une référence, ne serait-ce que pour découvrir en premier abord toute la diversité et la richesse de la culture et de la société  des anciens Celtes. Le texte avait déjà été publié chez Pygmalion dans le milieu des années 90 en 8 tomes. Ici, Markale revisite le mythe arthurien en rassemblant de manière chronologique des textes fragmentaires, en leur donnant une belle cohérence et un style de facture moderne qui rend la lecture très agréable (les notes en références aux textes originaux sont nombreuses ainsi que les notes explicatives).


legende roi arthur

 

Dernier ouvagre en date à être entré dans ma petite collection (merci Nane), La Légende du Roi Arthur, est un album illustré paru chez Flammarion en 2008. Il est accompagné d'un grand et beau poster représentant la carte d'Albion où sont indiqués les sites importants de la légende (Camelot la Dorée, le château d'Astolat, la Ronde des Géant, ...). John Matthews, l'auteur du texte, est encore un spécialiste de la Table Ronde et de ses légendes. Pour situer le personnage: "il a été le conseiller historique de Jerry Bruckheimer pour son film Le Roi Arthur en 2004". Quant à l'illustrateur, Pavel Tatarnikov, diplômé de l'Ecole nationale de musique et des beaux-arts de Minsk (Biélorussie), il est tout simplement fabuleux. Je ne suis pas étonné que son travail ait été courronné de nombreux prix. Pour ma part, ses dessins me rappellent les illustrations des albums de mon enfance en même temps que l'iconographie orthodoxe; je ne crois pas me tromper en disant qu'il y a quelque chose de "Klimt" dans le style de ce peintre talentueux.

Comment mieux clôturer cet article qu'en vous invitant à écouter The Lady of Shalott de Loreena MacKennitt, dont les paroles sont reprises au poème éponyme de Lord Alfred Tennyson, lui même inspiré par le personnage d'Elaine d'Astolat, aussi connue sous le nom de la Dame d'Escalot (The Lady of Shalott en anglais) et qui apparaît dans le roman de Thomas Malory, La Morte d'Arthur, écrit (ou compilé) au 15ème s. Si vous trouvez la thème mélancolique, vous ne serez pas étonné d'apprendre que la belle dame d'Escalot est morte amour pour Lancelot du Lac.


On either side of the river lie
Long fields of barley and of rye,
That clothe the world and meet the sky;
And thro' the field the road run by
To many-towered Camelot;
And up and down the people go,
Gazing where the lilies blow
Round an island there below,
The island of Shalott.

A bow-shot from her bower-eaves,
He rode between the barley sheaves,
The sun came dazzling thro' the leaves,
And flamed upon the brazen greaves
Of bold Sir Lancelot.
A red-cross knight for ever kneel'd
To a lady in his shield,
That sparkled on the yellow field,
Beside remote Shalott.

She left the web, she left the loom,
She made three paces thro' the room,
She saw the water-lily bloom,
She saw the helmet and the plume,
She looked down to Camelot.
Out flew the web and floated wide;
The mirror cracked from side to side;
"The curse is come upon me," cried
The Lady of Shalott.

In the stormy east-wind straining,
The pale yellow woods were waning,
The broad stream in his banks complaining.
Heavily the low sky raining
Over towered Camelot;
Down she came and found a boat
Beneath a willow left afloat,
And round about the prow she wrote
The Lady of Shalot.

Who is this? And what is here?
And in the lighted palace near
Died the sound of royal cheer;
And they crossed themselves for fear,
The Knights at Camelot;
Lancelot mused a little space
He said, "She has a lovely face;
God in his mercy lend her grace,
The Lady of Shalott.

Commentaires

Bonjour!

Un bien joli article que celui que je viens de lire! De belles références, une motivation qui montre la passion, une fin en beauté avec Loreena Mac Kennitt! (Merci d'ailleurs de m'avoir fait découvrir cette chanson que je ne connaissait pas d'elle)
Je suis tombée sur ce blog par hasard, en cherchant des info sur la fameuse Lady of Shalott pour compléter mon cour de Lettres Modernes en Ancien Français.

Nous avons beaucoup de choses en commun! Il serait peut être intéressant de communiquer ensemble! Je laisse donc ici ma trace, il n'y aura aucune difficulté pour me retrouver avec mon pseudonyme! ;) Donc si tu veux causer un peu de choses et d'autres, partager avec moi tes idées, réflexions, passions, coups de coeur...c'est avec joie!

Bonne continuation en tous cas!

Écrit par : Natalya Himura | 14 mars 2011

Merci infiniment pour ton commentaire. J'ai suivi la trace et je suis allé me promener quelques secondes sur ton nouveau blog. Et oui, en effet, nous avons des centres d'intérêt communs c'est indéniable.

Des différences aussi... par exemple il m'arrive à l'occasion de taquiner la muse du poète écossais Robert Burns... avec modération, hé oui, comme les anciens Celtes savaient le faire ^^). Ironie du soir (et pas harmonie).

Mais bref, j'irai à mon tour poster un commentaire à la suite d'un de tes articles de la rubrique "Thèmes, réflexions"... où j'ai pu constater que tu exprimais des avis bien arrêtés, pour ne pas dire tranchants, sur pas mal de sujets qui moi aussi m'interpellent mais sur lesquels je porte parfois un autre regard...

A bientôt donc...

Écrit par : Theudrick | 15 mars 2011

Les commentaires sont fermés.