03 juillet 2009

Yo-Ho... De joyeux pirates...


Au-delà de toutes considérations morales, politiques ou légales, la figure du pirate est, et restera, celle d'un éternel rebelle. Quand on se penche sur l'histoire de la piraterie, on découvre un monde en marge où la révolte, la colère et l'audace ont trouvé à s'exprimer librement à travers l'aventure, la violence et la mort. Ce n'est pas un hasard si la bannière des frères de la côte arbore fièrement le crâne comme premier symbole: il n'est pas seulement là pour effrayer les équipages des navires marchands et des bâtiments de guerre, il a aussi été choisi pour rappeler à tout qui navigue sous ces couleurs qu'il a peu de chance vivre vieux.

Comme dit la chanson: "Votre mort ne sera point douce / Vos ennemis et vous croiserez le fer / Les riches navires que l'on trousse / Et le gibet face à la mer".

Mais, comme le chantent aussi les Muppets: "Quand on fait le beau métier de pira(aaaa)te... On se dilate la rate!"

Alors pour parler de choses plus drôles, mais néanmoins très instructives, je vous conseille la lecture du livre d'Edouard Brasey "Pirates et flibustiers du bout du monde" aux Editions Hors Collections.

Ce (très) beau livre profite des qualités de narrateur de son auteur, bien connu chez les représentants du Petit Peuple pour ses nombreuses publications sur les fées, les elfes, les nains, sirènes et autres dragons. D'un côté, vous pourrez lire cette amusante histoire de la piraterie par ceux-là même qui en sont devenus les héros et les héroïnes: Barbe Noire, Borgnefesse, Anne Bonny, No l'Ollonais, Mary Read, le capitaine Misson, Sir Henri Morgan et aussi Jack Rackham, surnommé Calicot Jack à cause de sa manière excentrique que s'habiller (à mon avis, il a fortement influencé le personnage de Jack Sparrow dans "Pirates des Caraïbes", pour le côté dandy séducteur).

Au mileu de cette réunion de joyeux et bruyants fantômes partis pour un nième voyage, vous pourrez lire des pages édifiantes sur ce qu'était la vie de ceux qui vivaient de la "course" (ainsi appelle-t-on le fait de poursuivre les navires pour les détrousser). Vous ne confondrez plus pirates, boucaniers, corsaires et flibustiers car ce sont des métiers différents malgré nombre de points communs. Vous comprendrez pourquoi certains hommes sont partis voguer sous le pavillon noir, poussés qu'ils étaient par la nécessite et le désespoir. Vous saurez pourquoi le Joly Roger s'appelle ainsi. Vous apprendrez avec effroi d'où vient le mot "barbecue" et bien d'autres choses encore. Et vous mettrez dans vos yeux des dizaines d'étoiles tombées du ciel nocturne des Caraïbes en contemplant les magnifiques illustrations d'Eve Lagarde.

A la veille des départs en vacances (pour les îles de préférence), voici une lecture indispensable.

pirates et flibustiers

Et comme il n'est pas de bonne histoire de pirates sans chansons ni force rhum, je vous propose d'écouter une de mes récentes découvertes, à savoir le dernier album des Ecossais d'Alestorm "Black Sails at Midnight". Il s'agit du morceau intitulé "Keelhauled". Ne cherchez pas la traduction de ce mot en français, je ne crois pas qu'il y en aie une (si oui, merci de me dire laquelle): le "keelhauling" était une punition corporelle pratiquée au sein des équipages hollandais aux 17ème et 18ème siècles; elle fut bien entendu récupérée par les Anglais (toujours friands de ce genre de joyeusetés). Le pauvre hère était entravé de manière à ne pas pouvoir nager, ensuite on l'attachait à une corde qui passait sous la quille du bateau, d'un bord à l'autre. Finalement, on jettait le supplicié à la mer et on le tirait sous l'eau et sous le navire; non seulement il buvait la tasse mais en plus les barnacles tranchantes collées à la coque lui infilgeaient de sérieuses blessures. Cette forme de torture a été abandonnée par la marine hollandaise seulement vers la moitié du 19ème siècle.

"Keelhauled, that filthy lad, gonna send him down to the death bellow / Make that bastard walk the plank with a bottle of rum and the Yo-Ho-Ho"

 

Keellhauled by Alestorm 

PS: au moment d'écrire les commentaires sur le Keelhauling, je n'avais pas encore trouvé la vidéo officielle d'Alestorm (les images parlent d'elles-mêmes).

Commentaires

Coïncidence ! Tu présentes un livres qui parles des pirates et dans mon travail de littérature, j'ai présenté Lady Pirate de Mireille Calmel, qui met en scène Mary Read justement!

En prime je fais la description sur mon site juste en ce moment !
Comme quoi, vive la culture littéraire !

Écrit par : Lindorie / Dédé | 03 juillet 2009

Hoist the colours high!!! Petite histore de pirates et de coïncidences. Au dernier Festival interceltique de Saint-Ghislain, mon frère se trouvait au stand de Patrick Lingg pour admirer ses créations, il avait répéré des anneaux avec de très grosses pierres et il se disait que ça irait parfaitement bien dans une panoplie de pirate. A ce moment-là quelqu'un prend un anneau pour demander son prix, il se retourne et qu'est-ce qu'il voit, trois gaillards habillés (et pas déguisés) en pirates. Maintenant, pour tout ce qui concerne les Celtes et les Pirates, je ne crois plus aux coïncidences. Il y a du Davy Jones là-dessous! J'en mettrais ma jambe de bois à couper ;-)

Écrit par : Theudrick | 04 juillet 2009

Lady Pirate !! Je fonce voir ton site de ce pas, Lindorie... J'adore Mireille Calmel et j'ai adoré le livre Lady Pirate !!!

Les autres thèmes qu'elle traite dans ces livres devraient vous plaire aussi : La bête du Gevaudan (série Le bal des louves), Merlin et Brocéliande (entre eutre dans Le lit d'Aliénor) et la légende de Mélusine(Lechant des sorcières)

De plus, son site Internet est super chouette et c'est un auteur à l'écoute de ces lecteurs...

Bonne découverte !!! et gros bisous

Écrit par : mel | 10 juillet 2009

je reconnais là une de nos discussions dans un certain couloir (pas celui de la mort, mais presque), discussion amorcée par les nombreux hauts faits des pirates somaliens, et durant laquelle tu m'avouais que cette vie te tentait bien. Et j'avoue qu'au vu de tout le folklore qui entoure l'histoire de la piraterie, et de la sensation de liberté curieusement attachée au fait d'agir à l'encontre des lois, je m'y serais bien vu... dans ma prchaine vie, qui sait?

Écrit par : jizeusse | 19 juillet 2009

WHO KNOWS? Bien vu. Le monde qu'on nous construit me révolte toujours autant. Si l'on tient compte du fait que les européens pillent les ressources naturelles somaliennes et que des bâteaux mafieux déversent dans leurs eaux des produits chimiques et nucléaires qui se retrouvent parfois sur les plages (ce n'est pas moi qui le dit, ce sont des journaux anglais), j'ai tendance à considérer les actes de pirateries des Somaliens comme de la résistance. Rien n'a vraiment changé depuis l'époque de la Compagnie des Indes. Les Etats utilisent l'armée pour protéger les flottes de navires commerciaux pillards. La seule attitude digne dans ce genre de situation, c'est la rebellion. Je suis contre la violence mais il y a des situations où l'inaction et le silence deviennent des faiblesses criminelles. Il faut réapprendre à penser par nous-mêmes et à réfléchir à ce qui nous arrive sans recevoir pour vrai tout ce qui nous culpabilise qu'il s'agisse du climat (le nouvelle religion moderne), de la crise et de tout ce qui forme un levier pour l'exploitation des peuples. FREE YOUR MIND!!! AND THE REST WILL FOLLOW.

Écrit par : Theudrick | 20 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.