15 janvier 2009

Gloomy Sunday (Gothic tribe tribute #1)

 

Dans le cadre de mon mémoire de baccalauréat de bibliothécaire-documentaliste, dont le titre se trouve être, provisoirement du moins, SUBCULTURE GOTHIQUE ET ROMANTISME NOIR : RAPPORTS ENTRE LITTERATURES ET ARTS SOMBRES: MEDIAGRAPHIE ANALYTIQUE (je sais, je n’arrête pas d’en changer mais d’ici à trouver le définitif, beaucoup d’eau aura encore coulé sous les ponts des soupirs), dans ce cadre donc, j’ai décidé de vous offrir, au fil de mes découvertes et redécouvertes, quelques éléments qui ont de grandes chances de se retrouver, au moins sous forme de citations, dans mon rapport final.

Ce premier article est consacré à une œuvre musicale très étrange et dont l’aura sulfureuse ne manquera pas de vous toucher. Ceci est un avertissement : que les personnes sensibles, influençables, dépressives, mélancoliques, insupportablement tristes et désoeuvrées cessent immédiatement cette lecture. Vous continuez ? Très bien ! Vous ne pourrez pas nier le fait que je vous avais mis en garde.

Je vais vous parler de Gloomy Sunday (Sombre dimanche) une chanson rebaptisée très à propos The Hungarian Suicide Song. Ecrite à une époque précédent les troubles extrêmes de la Seconde Guerre Mondiale, en 1933 pour être exact, elle est l’œuvre de Rezso Seress (je vais vous faire la grâce des signes diacritiques), un pianiste et compositeur, autodidacte, né en Hongrie en 1899.

 

Le désespoir amère et écrasant des deux premières strophes écrites par Seress ont rapidement été remplacées par les vers plus tristes, plus mélancoliques du poète hongrois Laszlo Javor. Lorsque cette chanson fut portée à l’attention du public, elle gagna rapidement sa réputation de « chanson du suicide ». Des témoignages en provenance de Hongrie faisaient état de personnes ayant mis fin à leurs jours après avoir écouté cette étrange mélodie ou ayant laissé dans leur lettre d’adieu des mots extraits de la chanson.

 

Les paroliers Sam M. Lewis et Desmond Carter ont donné chacun leur propre traduction en anglais de cette chanson. C’est la version de Lewis, enregistrée originalement en 1936 par Hal Kemp et son orchestre, avec Bob Allen au chant, qui s’est le plus largement répandue et qui a été reprise le plus souvent.

 

La popularité de Gloomy Sunday s’est rapidement accrue grâce à l’interprétation donnée par Billie Holiday au début des années 1940. Dans une tentative (désespérée ?) d’alléger un ton franchement, cette version comporte une troisième strophe originale qui donne à penser que les deux précédentes ne sont qu’un rêve. Quoi qu’il en soit, la réputation de « suicide song » de Gloomy Sunday ne s’est pas éteinte pour autant et elle a finalement été bannie de la programmation des plus grandes chaînes de radiodiffusion mondiales. La BBC, par exemple, l’estimait trop déprimante pour être diffusée sur les ondes.

 

Malgré sa mise au ban, Gloomy Sunday a continué d’être enregistrée et vendue. Les gens ont donc continué de l’acheter… et certains se sont suicidés.

 

Sans doute vous posez-vous la question de savoir comment est mort le compositeur, Rezso Seress ? Hé bien, il s’est jeté dans le vide depuis son appartement, en 1968.

 

Vous trouverez les paroles des différentes traductions ci-dessous avec les indications de leur(s) auteur(s). Souvenez-vous que c’est celle de Lewis qui est la plus couramment utilisée dans les reprises.

 

 

 

1 – Paroles de Rezso Seress (en hongrois suivies de leur traduction littérale en anglais)

 

Ősz van és peregnek a sárgult levelek
Meghalt a földön az emberi szeretet
Bánatos könnyekkel zokog az öszi szél
Szívem már új tavaszt nem vár és nem remél
Hiába sírok és hiába szenvedek
Szívtelen rosszak és kapzsik az emberek...

Meghalt a szeretet!

Vége a világnak, vége a reménynek
Városok pusztulnak, srapnelek zenélnek
Emberek vérétől piros a tarka rét
Halottak fekszenek az úton szerteszét
Még egyszer elmondom csendben az imámat:
Uram, az emberek gyarlók és hibáznak...

Vége a világnak!

 

Traduction littérale en anglais

 

It is autumn and the leaves are falling
All love has died on earth
The wind is weeping with sorrowful tears
My heart will never hope for a new spring again
My tears and my sorrows are all in vain
People are heartless, greedy and wicked...

Love has died!

The world has come to its end, hope has ceased to have a meaning
Cities are being wiped out, shrapnel is making music
Meadows are coloured red with human blood
There are dead people on the streets everywhere
I will say another quiet prayer:
People are sinners, Lord, they make mistakes...

The world has ended!

 

 

2 – Paroles de Desmond Carter (reprise par Diamanda Galas)

 

Sadly one Sunday I waited and waited
With flowers in my arms for the dream I'd created
I waited 'til dreams, like my heart, were all broken
The flowers were all dead and the words were unspoken
The grief that I knew was beyond all consoling
The beat of my heart was a bell that was tolling

Saddest of Sundays

Then came a Sunday when you came to find me
They bore me to church and I left you behind me
My eyes could not see one I wanted to love me
The earth and the flowers are forever above me
The bell tolled for me and the wind whispered, "Never!"
But you I have loved and I bless you forever

Last of all Sundays

 

 

3 – Paroles de Sam Lewis (reprise par un nombre impressionnant d’artistes dont Sarah MacLachlan, Björk, Sinnead O’Connor et Emily Autumn)

 

Sunday is gloomy, my hours are slumberless
Dearest the shadows I live with are numberless
Little white flowers will never awaken you
Not where the black coach of sorrow has taken you
Angels have no thought of ever returning you
Would they be angry if I thought of joining you?

Gloomy Sunday

Gloomy is Sunday, with shadows I spend it all
My heart and I have decided to end it all
Soon there'll be candles and prayers that are sad I know
Let them not weep let them know that I'm glad to go
Death is no dream for in death I'm caressing you
With the last breath of my soul I'll be blessing you

Gloomy Sunday

Dreaming, I was only dreaming
I wake and I find you asleep in the deep of my heart, here
Darling, I hope that my dream never haunted you
My heart is telling you how much I wanted you

Gloomy Sunday

 

 

4 – Paroles de Jean Marèze et François-Eugène Gonda (interprétée par Serge Gainsbourg)

 

Sombre Dimanche, les bras tout chargés de fleurs
Je suis entré dans notre chambre le coeur las
Car je savais déjà que tu ne viendrais pas
Et j'ai chanté des mots d'amour et de douleur
Je suis resté tout seul et j'ai pleuré tout bas
En écoutant hurler la plainte des frimas

Sombre Dimanche

Je mourrai un dimanche où j'aurai trop souffert
Alors tu reviendras, mais je serai parti
Des cierges brûleront comme un ardent espoir
Et pour toi, sans effort, mes yeux seront ouverts
N'aie pas peur, mon amour, s'ils ne peuvent te voir
Ils te diront que je t'aimais plus que ma vie

Sombre Dimanche


 

Ce que je vous propose maintenant, c’est, dans un premier temps, d’entendre la version de Diamanda Galas, une diva gothique gréco-américaine, qui fait l’unanimité autour de son nom au sein du mouvement gothique où elle est considérée comme une véritable égérie. C’est une version très impressionnante et aussi très théâtrale. Diamanda donne certains éléments de réflexion au début de sa performance. Bien entendu, c’est en anglais mais, compte tenu de ce que vous savez déjà, vous ne devriez avoir aucune peine à comprendre ce qu’elle dit. En plus, il y a une note d’humour (noir) qui est la bienvenue (paroles de Desmond Carter).

Ensuite, jetez une oreille, si elle n’est pas déjà en morceaux à côté de vous et partiellement collée sur le mur en face de votre bureau, oui, jetez une oreille sur la version d’Emilie Autumn, une autre artiste qui fait les délices des revues gothiques (underground) comme Elegy ou D-Side (paroles de Sam Lewis).

 

Et après tout ça, allez vous coucher, une longue journée vous attend demain, qui, quoi qu’il arrive, sera une journée différente car même si elle ressemble comme une sœur jumelle à la précédente, elle sera toujours plus vieille d’un jour.


 Diamanda Gala's version


Emilie Autumn's version

20:51 Écrit par Theudrick dans Musique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : gloomy sunday, emilie autumn, diamanda galas |  Facebook |

Commentaires

t'es chiant thythy, je viens, je découvre plein de lecture, et jpeux pas lire ni écouter (vu que jsais pas ce que je vais entendre)

:'(

Écrit par : Jizz | 17 janvier 2009

TAKE A DEEP BREATH Bon, soyons sérieux! Soit tu rigoles, soit tu te méfies réellement du contenu à cause de l'avertissement. Ce dernier est là en pure forme parce que je me suis rendu compte que très peu de personnes connaissent cette chanson. Je me suis donc dit qu'on continue de ne pas la diffuser mais comme elle est en plusieurs versions sur YouTube... et qu'elle a été reprises par des dizaines d'artistes, j'ai relativisé. J'ai même écouté l'enregistrement original (le plus ancien que j'ai trouvé en tous cas). J'ai eu un coup de blues samedi mais ça n'avait absolument rien à voir avec cette "sad song". It's is just a sad song. I guess you ear sad songs everyday and it doesn't drive you to kill yourself. Am I wrong?

Écrit par : Theudrick | 19 janvier 2009

je me suis réellement méfié, mais effectivement, je ne suis pas à une chanson près ;-) Donc j'ai lu et écouté. Déjà que les paroles sont pas mal ("Hiába sírok és hiába szenvedek"!), j'arrive pas à écouter jusqu'au bout la première version, la deuxième ça va mais juste parce qu'elle est courte ^^ C'est archi-sombre!! Brrrr. C'est le genre de truc que je n'écouterais même pas au plus profond de mes déprimes. Pourtant j'en écoute pas mal des chansons tristes dans ces cas-là, mais celle-ci, je sais aps expliquer... elle me fait peur. Je préfère les dimanches de U2 :-D

Écrit par : Jizz | 19 janvier 2009

A PERFECT (SUN)DAY Si tu veux écouter quelque chose de lourdement déprimant, je te conseille l'écoute attentive de "Light at the end of the world" du plus "brillant" des groupes de Doom Metal, j'ai nommé My Dying Bride. Rien que le nom du combo et celui de l'album sont une invitation au dernier pas pour l'humanité. Où j'ai rangé mon matelas gonflable moi... ;-p

Écrit par : Theudrick | 19 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.